Deep End



Sortie CHF   février 2012
            
Un film de Jerzy Skolimowski
Avec Jane Asher, John Moulder-Brown, Diane Dors, Karl Michael Vogler, Christopher Sanford
Scénario Jerzy Skolimowski
Production Judd Bernard, Lutz Hengst, Helmut Jedele
Musique Cat Stevens & Can
Durée 91 minutes
No SUISA 1008.781
Synopsis
Adolescent de 15 ans, Mike se rend à son tout premier jour de travail: il vient d'être embauché dans un établissement de bains publics de l?East End londonien. Sur place, sa collègue Susan est chargée de lui présenter les lieux. Le jeune homme est tout de suite attiré par cette jolie rousse plus âgée que lui. Alors qu'il découvre une atmosphère étrange autour de la piscine, Mike doit faire face aux avances d'une clientèle échaudée. Peu à peu, Susan joue avec l'inexpérience du garçon, profitant de son admiration candide pour le faire plonger dans une dangereuse spirale de fantasmes et d'obsession ...

Jerzy Skolimowski - Filmographie (longs-métrages)
1961 : Boks, documentaire 1964 : Signe particulier : néant (Rysopis) 1965 : Walkower 1966 : La Barrière (Bariera) 1967 : Le Départ 1970 : Les Aventures du brigadier Gérard (The Adventures of Gerard) 1971 : Deep End 1972 : Roi, Dame, Valet (King, Queen, Knave) 1978 : Le Cri du sorcier (The shout) 1981 : Haut les mains (Rece do góry) 1982 : Travail au noir (Moonlighting) 1984 : Succès à tout prix (Success is the best revenge) 1986 : Le Bateau phare (The Lightship) 1989 : Les Eaux printanières (Acque di primavera) 1991 : Ferdydurke 2008 : Quatre nuits avec Anna (Cztery noce z Ann?) 2010 : Essential Killing

Etienne Daho à propos de DEEP END
«Qu’est ce qui m’a touché dans Deep End ? L’écriture imprévisible, comme dans la vraie vie, cocasse et tragique? L’identification à l’absolutisme de l’adolescent timide, obsessionnel et idéaliste ? La déception, l’idée que le désir c’est mieux avant qu’on ne concrétise… L’amour physique est sans issue ? Les couleurs seventies, les mouvements de caméra qui tourbillonnent autour des acteurs ? La musique de Can et la chanson de Cat Stevens But I Might Die Tonight ? L’imper jaune et les cheveux orange de Jane Asher dans la neige, superbe ? Le diamant, la bouilloire, la fin sublime et surréaliste, la silhouette en carton de Jane Asher dans la piscine ? Les corps nus dans l’eau ? La scène des hot-dogs ? Les seconds rôles, tous bien ? Qui ne s’est jamais fait serrer par une Milf ressemblant à Diana Dors ? Moi, c’était à Manchester, 15 ans. Le son envoûtant de la piscine aux atmosphères lourdes qui sèment le trouble ? Deep End est le film chéri, celui qui vous construit, celui qu’on pense être le seul à avoir capté. Quel est le grand mystère qui fait qu’une œuvre vous bouleverse, trouve ce petit endroit secret en vous qui vous fait dire : ce livre, ce film, ce disque, c’est complètement moi. Je ressors de la projection renversé. - Etienne Daho

Echos de presse
LA CRITIQUE EST UNANIME: DEEP END EST UN CHEF D'OEUVRE !

C'est drôle et noir, incisif et intelligent, superbement écrit, filmé et mis en scène. Le Nouvel Observateur

Un chef-d'oeuvre de mélancolie et de cruauté, ancêtre pas si lointain des teen-movies sensibles signés Gus Van Sant.Critikat.com

Fulgurant, grotesque, romantique, social et pop. Excessif

L'un des plus beaux films sur les amours adolescentes, paumées au fond de la piscine, noyées dans un bassin vide. En découvrant ça, on éprouve le sentiment rare de toucher du doigt le nirvana. Critikat.com

Un équilibre miraculeux entre justesse psychologique et poésie visuelle, entre humour et tragédie. Première

Couleurs violentes, chronique kaléidoscopique : le tableau décrit le tumulte de l'adolescence, le désir obsessionnel, l'énergie et la peur liées au rite de passage tout en dépeignant le crépuscule d'un époque, le Swinging London. Télérama

"Deep End" brille par son intemporalité et peut être fier de porter l'écusson de chef d'oeuvre. www.lescinevores.com

Avec Deep End, Jerzy Skolimowski met le doigt sur ce qu’était l’adolescence torturée et fantasmée dans les années 70 avec un poème rock d’une sensualité rare. Un bijou enivrant. www.myscreens.fr

La magie de Deep End, c’est d’atteindre, en douceur, une profondeur insoupçonnée sur l’adolescence avec tant d’habileté. Du grand cinéma, Une véritable perle ! www.silence-action.com
  imprimer cette page...

Mont-Blanc Distribution
11 Rue Robert-Céard
CH-1204 Genève

Tel. +41 (0)22 700 76 10
Fax +41 (0)22 700 76 11
E-Mail info@mont-blanc-distribution.ch

created by onelook
© copyright